Daniel Braud dans l’Eclaireur de Chateaubriant – 13/12 /13

braud 1

LA VIE DU PAYS Edition

Daniel Braud publie La mine d’Abbaretz

L’Histoire des mineurs de l’étain

La mine d’Abbaretz. L’exploitation de l’étain, des gaulois à nos jours : tel est le titre du livre que vient de publier Daniel Braud. C’est le quatrième livre de cet auteur, membre de l’association des romanciers nantais. Les trois précédents étaient des romans. Qu’est ce qui a motivé cet auteur de Vertou à écrire un livre historique sur la mine d’Abbaretz ? « Parce que j’y ai passé une grande partie de mon enfance, explique Daniel Braud. La mine, c’était un coin que l’on fréquentait malgré l’interdiction. D’ailleurs il y avait un garde… Mais comme tous les gosses, on ne se privait pas d’aller jouer dans la carrière ! »

Il a fallu un an de travail à Daniel Braud pour recueillir les informations sur une mine exploitée depuis plus de 2000 ans ! Une partie du travail a consisté à éplucher des documents aux archives départementales et au Centre du travail de Nantes.


Des fortifications gauloises

L’autre partie s’est déroulée sur le terrain, car les vestiges de la mine sont encore visibles, à condition de savoir les trouver : « Au Bey et au Bois vert, y avait deux fortifications gauloises qui protégeaient l’exploitation minière. Celle du Bay est toujours visible. Un habitant me l’a montré : c’est un monticule d’une dizaine de mètres de haut. »

Près de l’étang qui occupe aujourd’hui la mine, Daniel Braud a aussi retrouvé la niche qui protégeait la statue de Sainte-Barbe, patronne des mineurs, et plusieurs bâtiments d’exploitation aux environs de la carrière.

Il a aussi rencontré trois anciens mineurs et des témoins de l’époque, dont les souvenirs sont receuillis dans le livre. Daniel Braud s’est aussi inspiré des travaux d’un érudit rennais qui publia une brochure sur les mines vers 1950 : « Il a 85 ans. Et il était heureux comme un jeune homme que quelqu’un s’intéresse à ses recherches ! »


Un téléphérique Nozay-Abbaretz !

Enfin, Daniel Braud est entré en contact avec la ferme de l’orme à Blain, ou des échantillons de minerai et des outils des mineurs, sont conservés.

Sans jeu de mot, le livre est une mine d’information, illustré de nombreuses photos. L’amateur d’Histoire et de patrimoine industriel apprendra beaucoup sur la mine d’étain qui connut son âge d’or vers 1954, avec 300 mineurs.

Et même sur les rêves non réalisés qu’elle inspira : « Il fut question de poursuivre l’exploitation sur le site du Maire à Nozay, ou passait le filon. explique Daniel Braud. Le bâtiment a été construit, et il existe toujours. Il y avait même un projet de téléphérique Nozay-Abbaretz pour transporter le minerai et le traiter ! »

On le sait : cet avenir futuriste ne se matérialisa jamais. La mine d’étain ferma en 1957. Aujourd’hui le terril et la carrière inondée, font le bonheur des randonneurs, des vetetistes et des skieurs nautiques.

La mine d’Abbaretz. L’exploitation de l’étain, des gaulois à nos jours est disponible sur internet : thebookedition. com . Prix : 15 euros.

Publicités
  1. Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :